- La déformation de la structure du cheveu de manière provisoire

Le cheveu a une forme particulière grâce à l’architecture protéique de sa kératine. Celle-ci est constituée d’un assemblage d’acides aminés formés par des liaisons. Les liaisons les plus faibles, facilement cassables, sont l’hydrogène, les liaisons salines et hydrophobes. Ainsi l’eau, ou même l’humidité, est assez fort pour les casser entraînant une modification de la structure de la kératine et donc du cheveu. Quand les cheveux sèchent, ils prennent la forme du cheveu modifiée. Par exemple, si nous allions nous coucher avec les cheveux mouillés, la forme du cheveu le lendemain sera très aléatoire. Tandis que le séchage rapide est un bon moyen pour contrôler la forme provisoire du cheveu.

 

 

Les liaisons hydrogène et salines (bleu)

 

Effectivement, l’aptitude à la déformation du cheveu est liée aux transformations physico-chimiques que subit la kératine mouillée, étirée et séchée sous tension. A l’état initial, les chaînes se trouvent sous forme d’hélice « alpha ». Les liaisons hydrogène qui s’établissent entre les spires de l’hélice alpha sont facilement rompues par les molécules d’eau qui se glissent entre les chaînes polypeptidiques et forment de nouvelles liaisons hydrogènes.

La rupture des liaisons est favorisée par la présence dans l’eau de produits gonflants, comme l’urée, qui déstabilisent la structure hélicoïdale en donnant une structure intermédiaire dite configuration déployée lâche.

Par étirement de cette structure, les chaînes se déploient et acquièrent un arrangement en zigzag (structure en feuillets plissés) : l'étirement du cheveu mouillé provoque alors une transformation partielle de la kératine alpha en kératine béta moins résistante, 2% d'allongement suffisent pour permettre une déformation temporaire.

Lors du séchage, des liaisons hydrogène se reforment entre les chaînes polypeptidiques, ce qui bloque le retour à la forme alpha: le cheveu adopte la forme imposée. Si ‘on insert des molécules d’eau, les liaisons hydrogène se reforment : la kératine alpha lâche latéralement donnant la kératine bêta.

Cette transformation n'est que temporaire car elle est réversible. Les liaisons latérales créées artificiellement cèdent peu à peu devant de nouvelles liaisons hydrogène qui se reforment longitudinalement : le cheveu finit par reprendre sa forme et sa longueur initiale pour répondre à la configuration stable des chaînes polypeptidiques.

 

  

Insertion de molécules d’eau kératine a lâche


 

Les liaisons hydrogène se reforment latéralement donnant la kératine b

 

 a. Par la mécano-thermie

Cette technique est utilisée dans le but d’un lissage provisoire des cheveux par action mécano-thermique. Elle associe les actions combinées de la température et de la déformation mécanique des cheveux. Les appareils utilisés, appelés “ fers à défriser ” ou “ crimpers ”, ont une forme de pince composée de deux plaques chauffantes entre lesquelles les mèches de cheveux sont insérées puis étirées. La température des plaques peut varier de 100 à plus de 200°C.

Le « brushing » résulte également du principe du fer à défriser. Ce thermobrossage est une mise en forme temporaire de la chevelure (se défaisant à chaque lavage) qui s'obtient en brossant les cheveux mouillés, mèche à mèche, tout en les chauffant au moyen d'un séchoir à main. Lorsque les cheveux sont mouillés, les molécules d'eau rompent les liaisons hydrogènes de la structure du cheveu et le rendent ainsi malléable. Puis en séchant, l'eau s'évapore, et les liaisons hydrogènes se ressoudent alors dans la forme donnée par la brosse ou les rouleaux de mise en plis. C'est pour cette raison que l'humidité ambiante tend à défaire une coiffure ou à faire reboucler un cheveu préalablement lissé au brushing. Il peut viser à créer du volume, boucler, comme à lisser la coiffure. Il ne doit pas être effectué avec trop d'air chaud pour ne pas dessécher le cheveu mais suffisamment néanmoins pour permettre un assèchement suffisant du cheveu pour qu'il conserve la forme que la brosse lui donne.

 

 

Reconstitution des liaisons hydrogènes

 

b. Par la chimie


En cosmétologie, on utilise cette capacité de l'eau et des tensioactifs pour déstabiliser ces liaisons et rendre le cheveu moins résistant (2% d'allongement suffisent pour permettre une déformation temporaire) afin de lui appliquer le traitement souhaité de mise en plis. La présence des sels, même à l'état de traces (présence de minéraux dans l'eau ou issus de shampooings anioniques) contribue à renforcer la déformation des cheveux par mouillage/séchage. Des agents protecteurs permettent de maintenir la déformation durablement en évitant une ré-humidification du cheveu. Cette pratique est à l'origine de l'usage des produits fixant la forme (laques, sprays, etc.). En dernier lieu, un aérosol constitué d'un agent peu volatile, hydrophobe et filmogène, fixe la coiffure. Par exemple le chitosane, produit utilisé dans différents soins de cheveux (produit de rinçage, laques, shampooings, permanentes, crèmes, aérosols) est employé afin de fixer la forme du cheveu lorsqu’une technique de lissage ou de frisage provisoire a été effectuée.

Au cours de l’élaboration de notre TPE, nous avons fabriqué un de ces types de shampooing.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site